•  

    Marre des spams qui reviennent malgré une désinscription en règle à chaque fois ? Il est temps de passer à la vitesse supérieure. Puisque se désinscrire de la liste de diffusion du spammeur ne suffit pas, il s’agit de bloquer le nom de domaine qui vous envoie ces spams à répétition. Pourquoi le nom de domaine et pas l’expéditeur tout simplement ? Parce que l’expéditeur n'est pas toujours le même, les spammeurs sont malins et ils génèrent un expéditeur différent à chaque fois, avec un suffixe qui change par exemple.

     

    Pour connaître le nom de domaine à exclure, sélectionnez le spam dans la fenêtre des messages de Mail et appuyez sur les touches cmd+majuscule+H de votre clavier pour afficher l’en-tête détaillée du mail. Dans cette en-tête détaillée repérez les rubriques « Received : ». Ignorez la première, car elle correspond à votre propre fournisseur d’accès, et repérez le nom de domaine dans une des suivantes, qui devrait être toujours le même. Par exemple, si vous avez « Received : from sender4352.ovh.com… » le nom de domaine correspond à ovh.com.

     

    Ensuite vous allez créer une nouvelle règle dans les préférences de Mail, en cliquant sur « ajouter une règle », puis à la place du « De » qui s’affiche sur la première condition, choisissez « Received ». Si ce critère ne vous est pas proposé, il va falloir le créer. Cette opération ne sera à faire qu’une seule fois. Pour cela cliquez tout en bas sur « Modifier la liste des en-têtes… ». Dans la nouvelle fenêtre qui s’affiche vous cliquez sur le + et vous ajoutez le critère « Received » (respectez bien l’orthographe et la majuscule). Validez. Cela fait, remplacez « De » par « Received » comme critère, choisissez « contient » comme condition  et mettez le nom de domaine à exclure. 

     

    Enfin définissez les actions à accomplir à la réception du mail. Je vous conseille les suivantes (pour ajouter une opération cliquez sur + à droite) :

    - Déplacez le message vers Indésirables

    - Définir la couleur d’arrière-plan en rouge

    - Marquer comme lu

    - Arrêter l’évaluation des règles.

     

    Quand vous validez une règle une boîte de dialogue peut s’afficher, vous demandant si vous voulez appliquer la règle sur l’ensemble des messages existant dans votre boîte mail. Je vous conseille de répondre non, parce que cela peut avoir des effets indésirables sur d’anciens mails que vous voulez conserver intacts.

     

    Pourquoi me direz-vous saisir toutes ces opérations et ne pas choisir tout simplement « supprimer le message » ? Parce que ce serait trop radical. Ce même nom de domaine qui vous spamme peut aussi être utilisé par un site de e-commerce qui vous envoie un accusé de réception de commande par exemple, ou un avis d’expédition. Avant donc de supprimer le mail il est prudent de vérifier qu’il ne correspond pas à un mail concernant une commande que vous venez de passer, ou tout simplement un mail d’un de vos correspondants qui utiliserait ce nom de domaine (cette dernière hypothèse est peu probable).

     

    L’avantage qu’il y a à exclure un nom de domaine qui continue à vous spammer alors que vous vous désinscrivez de sa liste de diffusion, ou qui ne vous donne même pas la possibilité de vous désinscrire, c’est que vous ne perdrez pas de temps la prochaine fois à chercher à vous désinscrire. Vous voyez le message en rouge, vous savez que c’est bon pour la poubelle direct. Gain de temps appréciable si vous recevez beaucoup de ces spams. Vous pouvez vider votre boîte de courrier indésirables sans avoir à inspecter chaque spam.

     

    Une fois que votre règle est créée, il est inutile d’en créer une nouvelle si vous voulez ajouter un nom de domaine dans les critères d’évaluation de la règle. Il suffit de modifier votre règle en ajoutant une ligne dans les conditions, avec le nouveau nom de domaine.

     

    Voici un exemple de paramétrage, ce n'est qu'un exemple, si vous n'êtes pas dans le radar de ces noms de domaine inutile de les inclure dans votre règle :

     

    Mail d’Apple : la riposte graduée face aux spams


    votre commentaire
  •  

    Voici une manipulation qui n'est décrite dans aucun livre, aucun magazine, aucun site consacré au Mac, et qui est pourtant très utile. Elle est si peu intuitive qu'à mon avis elle n'a jamais été pensée par Apple. Le problème est le suivant : vous avez une suite de dossiers contenant chacun un ou plusieurs fichiers et vous voulez extraire ces fichiers de leurs dossiers respectifs et les regrouper en un seul dossier. Si vous n'avez que deux ou trois dossiers, pas de problème, vous le faites à la main et on n'en parle plus. Mais si vous avez 5 dossiers ou plus, cela devient vite très fastidieux. Il existe pourtant une solution pour regrouper ces fichiers en 3 clics. 

    Étape 1 : vous ouvrez une fenêtre de Finder en mode liste, pas en mode colonne, et vous sélectionnez l'ensemble des dossiers dont vous voulez extraire les fichiers pour les regrouper ailleurs. Si vous ne voyez pas le petit triangle devant chaque dossier, cliquez sur l'icône de disposition en haut de la fenêtre (vers le milieu) et sélectionnez "Aucun" (ou sélectionnez "Aucun" dans le menu Présentation/Organiser par, cela revient au même). Dans mon exemple je veux extraire les éléments des dossiers sélectionnés dans le dossier tagué en rouge (Saison 1). 

     

    macOS : Comment regrouper les fichiers de plusieurs dossiers en un seul

     

    Étape 2 : ouvrez tous les dossiers en même temps en pressant la touche flèche droite de votre clavier.  

    macOS : comment regrouper les fichiers de plusieurs dossiers en un seul 

    Étape 3 : tout en pressant la touche cmd du clavier, cliquez avec la souris sur la première ligne en bleu, en prenant soin de cliquer en dehors de l'icône et du nom de dossier, dans l'espace vide avant la colonne date de modification par exemple, puis sans relâcher le clic vous allez descendre jusqu'au dernier élément de la liste que vous voulez regrouper. Relâchez la souris et observez le résultat : c'est magique ! La sélection est inversée, ce ne sont plus les dossiers qui sont sélectionnés, mais leur contenu. Notez que la manipulation est réversible, il suffit de refaire la même chose pour revenir au point de départ.

    macOS : comment regrouper les fichiers de plusieurs dossiers en un seul

    Il n'y a plus qu'à glisser ces fichiers dans le dossier de destination.

    macOS : comment regrouper les fichiers de plusieurs dossiers en un seul

     


    4 commentaires
  •  

    C'est stupéfiant de voir que des économistes comme Nicolas Bouzou, qui squattent les plateaux de télé de LCI et de BFMTV en ce moment, évacuent avec mépris  la proposition de Hamon de taxer les robots pour compenser la perte de cotisations sociales due à un chômage sans cesse grandissant. Il ne s'agit pas, soit dit en passant, de créer de nouvelles taxes dans un pays qui croule déjà sous les prélèvements (57% du PIB), mais de transférer les cotisations sociales sur les salaires à des cotisations équivalentes, mais sur les robots. Ce qui est une manière de rééquilibrer les plateaux de la balance.

     

    Pensez donc, disent ces économistes médiatiques, si le chômage est endémique depuis des décennies, ce n'est pas la faute du numérique ni des nouvelles technologies, mais parce que nous pauvres Français nous sommes incapables de nous adapter au progrès en marche (en course rapide plutôt). C'est juste un problème de formation, les nanotechnologies par exemple pourraient créer plein d'emplois si seulement on avait des gens formés pour pouvoir les postes ! Ah bon ? Elles sont où les offres d'emplois ? Recherchons 10.000 ingénieurs experts en nanotechnologie, opérationnels immédiatement. Elle est bien bonne ! Divisez ce chiffre par 1000 et vous trouverez peut-être 10 offres d'emploi en France, en cherchant bien.

    Ils feignent de croire qu'à chaque millier d'emplois supprimés à l'apparition d'une mutation technologique, autant d'emplois vont être créés dans la nouvelle filière. Quelle blague ! Dans les années 60 il y avait près de 40.000 ouvriers chez Renault qui travaillaient sur les chaînes de montage à Billancourt. La voiture était fabriquée de A à Z avec des ouvriers, dotés d'outils qui vissaient, ajustaient, peignaient... Maintenant les ateliers de fabrication sont quasiment vides dans les usines Renault, avec une dizaine de péquins pour vérifier que tout se passe bien. Alors, y a-t-il 40.000 informaticiens, de roboticiens chez Renault qui ont remplacé tous ces ouvriers ? Évidemment pas ! Il y en quelques dizaines tout au plus, et qui sont sûrement très bien payés. Quel est le solde de cette robotisation en termes d'emplois dans notre exemple ? Entre 39000 et 39500 emplois perdus, tout simplement. C'est bien le but de la robotisation, non ? De démultiplier la capacité de production avec un minimum de salariés. Plus de grèves, plus de problèmes de management de personnel, plus besoin de personnel pour encadrer tous ces ouvriers non qualifiés... 

    Alors le revenu universel ça demande peut-être à être affiné pour être applicable, mais ça a du sens. Parce que le vieux modèle de pensée fondé sur la croissance perpétuelle et le plein emploi perpétuel, ça a du plomb dans l'aile. Ça ne marche plus, ça a juste été adapté aux années de croissance et de plein emploi d'après guerre, les fameuses trente glorieuses, quand il a fallu tout reconstruire après que la guerre avait tout détruit.


    votre commentaire
  •  

    Un moyen simple de savoir si vous êtes plus imposé sur le revenu en 2016 qu'en 2015, à conditions égales, est d'utiliser le simulateur d'impôt 2016 du ministère des finances, avec les montants que vous déclarez cette année, puis le simulateur d'impôt 2015 avec les mêmes montants, et les mêmes infos concernant votre situation de famille, même si elle a changé entre temps. Faites -1 sur votre année de naissance dans la simulation 2015 pour être certain de faire les calculs selon les mêmes critères, l'âge pouvant intervenir dans le calcul de l'impôt.

    Entre les affirmations des uns et des autres, on ne sait plus à qui se fier. Avec cette méthode simple vous saurez au moins ce qu'il en est pour vous. En prime, vous saurez à l'euro près de combien vous serez imposé cette année.


    votre commentaire
  •  

    Le bong émis au démarrage du Mac est emblématique de cette plateforme. Il rassure car il signale que tous les éléments contrôlés à la mise sous tension, tels que la mémoire et le disque dur, sont en ordre de marche. Pour l'anecdote, lorsque l'un de ces éléments est défectueux, le Mac peut produire un horrible bruit de sirène ou de crash automobile, et quand cela arrive vous n'avez pas besoin de lexique pour comprendre qu'il y a un gros, gros problème.

    C'est donc un son que l'on trouve en général plutôt agréable, sauf quand on n'a pas envie de l'entendre parce qu'on allume ou redémarre la machine en pleine nuit, et qu'on risque de réveiller toute la maisonnée, surtout si le son était à un niveau élevé lors de la dernière utilisation.

    Dans les versions de Mac OS antérieures à OS X (sorti en 1999), il y avait pour l'extinction du Mac l'équivalent de l'actuelle "Ouverture au démarrage", qui se trouve dans les préférences système "Utilisateurs et groupes". Cela permettait par exemple d'exécuter au moment de l'extinction de la machine un script qui réduisait ou coupait le son en prévision du prochain redémarrage, et c'était bien pratique. Oui mais voilà, depuis OS X, seule subsiste la fonction "Ouverture au démarrage", pour l'extinction il n'y a plus rien de prévu.

    Pas tout-à-fait en réalité, il subsiste encore un moyen d'exécuter une tâche à l'extinction, mais cela suppose certaines manipulations qui sont décrites dans cette page d'Apple. Il est à noter qu'Apple ne recommande pas ces manipulations, qu'elle décrit comme obsolètes, et qui représentent un risque en matière de sécurité, parce qu'exécutées en root. Mais il y a tant de choses qu'Apple déconseille, et qu'on finit par faire quand même, comme par exemple d'installer des applications à partir de sources plus ou moins connues, et en dehors du Mac App Store bien entendu.

    En quoi consistent ces manipulations ? À créer un script qui va modifier le niveau du son et à placer le chemin de ce script dans un fichier de préférences géré par le système, et dont voici le chemin exact : /var/root/Library/Preferences/com.apple.loginwindow.plist. Ce script sera activé chaque fois que vous éteignez ou que vous redémarrez le Mac.

    J'ai trouvé sur cette page de stackexchange un exemple de script AppleScript que j'ai un peu corrigé, car la touche cancel est inopérante dans l'exemple proposé. J'ai également rajouté une séquence pour le login, afin de remettre le son à un niveau prédéfini à la fin du processus de démarrage. Cela évite d'avoir à le faire manuellement à chaque fois.

    Vous pouvez télécharger mon script ici.

    Chaque shell script contenu dans ce script AppleScript contient une instruction unique, et très simple : osascript -e "set Volume n", où n peut être compris entre 0 et 7. A zéro le Mac est totalement muet, à 7 le son est au maximum. Vous pouvez tester cette instruction dans le Terminal, vous verrez le volume sonore changer dans la barre des menus, comme quand vous modifiez le son avec le clavier.

    Mon script contient la valeur 2 pour le shell script de logout et 5 pour le shell script de login, mais vous pouvez le modifier en mettant les valeurs que vous voulez, pour cela lancez l'éditeur de script qui se trouve dans le dossier /Applications/Utilitaires/ et ouvrez l'application Silence.app. Cherchez les instructions "set volume" (il y en a deux), et modifiez les valeurs en fonction de vos souhaits. Cela fait cliquez sur le bouton Play pour l'exécuter.

    Comment couper le son au démarrage du Mac ?

    Le script permet de revenir aisément à la situation initiale, pour cela il suffit de l'exécuter à nouveau et de répondre "non" à la question "Voulez-vous réduire le son au démarrage du Mac ?". Cela aura pour effet de supprimer les variables LogoutHook et LoginHook dans le fichier /var/root/Library/Preferences/com.apple.loginwindow.plist, ainsi que les fichiers scripts correspondants, qui pour info se trouvent ici : /usr/local/logouttask/logoutscript et /usr/local/logintask/loginscript.

    Vous pouvez à tout moment voir le contenu de votre fichier /var/root/Library/Preferences/com.apple.loginwindow.plist en exécutant la commande suivante dans le Terminal : sudo defaults read com.apple.loginwindow (le mot de passe de votre compte utilisateur OS X vous sera demandé).

     


    2 commentaires